Author rate:
Page 1 from 5

49 books of Jean-Baptiste Poquelin dit Molière

Mercure.

Tout beau ! charmante Nuit, daignez vous arrêter.
Il est certain secours que de vous on desire ;
Et j’ai deux mots à vous dire
De la part de Jupiter.

La Nuit.

Ah ! ah ! C’est vous, seigneur Mercure !
Qui vous eût deviné là dans cette posture ?

Mercure.

Ma foi, me trouvant las, pour ne pouvoir fournir
Aux différents emplois où Jupiter m’engage,
Je me suis doucement assis sur ce nuage,
Pour vous attendre venir.

La Nuit.

Vous vous moquez, Mercure, et vous n’y songez pas ;
Sied-­il bien à des dieux de dire qu’ils sont las ?
Mercure.

Les dieux sont-­ils de fer ?

La Nuit.

Non ; mais il faut sans cesse
Garder le décorum de la divinité.
Il est de certains mots dont l’usage rabaisse
Cette sublime qualité,
Et que, pour leur indignité,
Il est bon qu’aux hommes on laisse.

Mercure.

À votre aise vous en parlez ;
Et vous avez, la belle, une chaise roulante
Où, par deux bons chevaux, en dame nonchalante,
Vous vous faites traîner partout où vous voulez.
Mais de moi ce n’est pas . . .

Book rate:
2 downloads

Édition enrichie (Préface, notes, commentaires sur l'œuvre, glossaire, chronologie et bibliographie)Dom Juan vient de quitter sa femme pour tenter d'enlever à son futur époux une jeune fiancée trop éprise de son prétendant pour que l'idée ne lui vienne pas de troubler leur bonheur. Puis il jette son dévolu sur de jeunes paysannes qu'il promet d'épouser. Sganarelle a beau timidement tenter de ramener son maître libertin dans le chemin de la vertu et de la religion, Dom Juan préfère les plaisirs transitoires de ce monde, si dangereux pour son salut, à l'espérance d'une béatitude infinie. D'autres pourtant l'avertiront « qu'une méchante vie amène une méchante mort »...
Venu de Tirso de Molina et de son Burlador de Sevilla, le sujet dont Molière s'empare en 1665 a déjà donné lieu à d'assez nombreuses pièces. Pourtant, rien de plus personnel que ces cinq actes en prose conduits avec une éclatante maîtrise qui donne aux personnages la profondeur de l'humanité vraie. De la farce jusqu'à . . .

Book rate:
1 downloads

Édition enrichie (Préface, notes, dossier, lexique, chronologie et bibliographie)«Monsieur Jourdain : Et comme l'on parle, qu'est-­ce que c'est donc que cela ?
Maître de philosophie : De la prose.
Monsieur Jourdain : Quoi ? Quand je dis : «Nicole apportez-­moi mes pantoufles et me donnez mon bonnet de nuit», c'est de la prose.
Maître de philosophie : Oui, Monsieur.
Monsieur Jourdain : Par ma foi, il y a plus de quarante ans que je dis de la prose sans que j'en susse rien, et je vous suis le plus obligé du monde de m'avoir appris cela.­»

Lorsque Molière fait jouer pour la première fois Le Bourgeois gentilhomme à Chambord en 1670 devant le Roi et la cour, Monsieur Jourdain n'est pas seulement un père qui entrave les projets de mariage de sa fille. Car, bien au-­delà de cette histoire d'amour traditionnelle, la comédie-­ballet se déploie en un grand spectacle avec danses et musique, où le comique et la satire prennent constamment pour cible le bourgeois qui s'est mis en tête de devenir . . .

Book rate:
1 downloads

Le Misanthrope est une comédie sombre de 1666, dont l’intrigue paraît simple : un homme essaie d’obtenir un rendez-­vous en tête à tête avec la femme qu’il aime – et n’y parvient pas. Cet homme excessif, Alceste, défend la sincérité absolue. Mais la jeune femme, Célimène, qui reçoit bien des hommes dans son salon, aime plaire… Qui a tort et qui a raison, des inadaptés sincères ou des hypocrites trop bien adaptés ? Entre le rire et les larmes, Molière se garde bien de nous donner une réponse.

Book rate:
1 downloads

De jeux de scènes burlesques en pitreries, cette pièce de Molière est une farce réjouissante où le bûcheron Sganarelle, successivement mari dupé, faux médecin et marieur, réussira quelques jolis tours de force. Le rire faisant fi des convenances, les serviteurs endossent ici l’habit des maîtres pour le plus plaisir du spectateur.

Book rate:
1 downloads

MADAME PERNELLE

Allons, Flipote, allons ; que d’eux je me délivre.

ELMIRE

Vous marchez d’un tel pas, qu’on a peine à vous suivre.

MADAME PERNELLE

Laissez, ma bru, laissez ; ne venez pas plus loin ;
Ce sont toutes façons dont je n’ai pas besoin.

ELMIRE

De ce que l’on vous doit envers vous on s’acquitte.
Mais, ma mère, d’où vient que vous sortez si vite ?

MADAME PERNELLE

C’est que je ne puis voir tout ce ménage-­ci,
Et que de me complaire on ne prend nul souci.
Oui, je sors de chez vous fort mal édifiée :
Dans toutes mes leçons j’y suis contrariée ;
On n’y respecte rien, chacun y parle haut,
Et c’est tout justement la cour du roi Pétaud.

DORINE

Si…

MADAME PERNELLE

Vous êtes, ma mie, une fille suivante,
Un peu trop forte en gueule, et fort impertinente ;
Vous vous mêlez sur tout de dire votre avis.
DAMIS
Mais…

MADAME PERNELLE

Vous êtes un sot en trois lettres, mon fils ;
C’est moi qui vous le dis, qui suis votre grand’mère ;
Et j’ai prédit cent fois à mon fils, votre . . .

Book rate:
0 downloads

Julie

Mon Dieu ! Éraste, gardons d’être surpris ; je tremble qu’on ne nous voie ensemble, et tout serait perdu, après la défense que l’on m’a faite.

Éraste

Je regarde de tous côtés, et je n’aperçois rien.

Julie

Aie aussi l’œil au guet, Nérine, et prends bien garde qu’il ne vienne personne.

Nérine

Reposez-­vous sur moi, et dites hardiment ce que vous avez à vous dire.

Julie

Avez-­vous imaginé pour notre affaire quelque chose de favorable ? et croyez-­vous, Éraste, pouvoir venir à bout de détourner ce fâcheux mariage que mon père s’est mis en tête ?

Éraste

Au moins y travaillons-­nous fortement ; et déjà nous avons préparé un bon nombre de batteries pour renverser ce dessein ridicule.

Nérine
Par ma foi ! voilà votre père.
Julie
Ah ! séparons-­nous vite.
Nérine

Non, non, non, ne bougez : je m’étais trompée.

Julie

Mon Dieu ! Nérine, que tu es sotte de nous donner de ces frayeurs !

Éraste

Oui, belle Julie, nous avons dressé pour cela quantités de machines, et nous ne . . .

Book rate:
0 downloads

Edition enrichie (Préface, notes, commentaires sur l'oeuvre, chronologie et bibliographie)Un faux dévot s’installe dans la famille d’Orgon dont il fait sa dupe, y vit grassement et manifeste une assez vive sensualité pour courtiser la maîtresse de maison – avant d’être finalement démasqué. Le sujet de sa pièce, Molière dut longuement batailler pour finalement l’imposer en 1669, car, à sa première représentation à Versailles, la comédie avait été jugée dangereuse : s’il décriait les apparences de la vertu, Molière ne rendait-­il pas également suspects les dévots authentiques ?
Car tel est bien l’enjeu sérieux de la pièce : percer à jour l’hypocrisie tout en nous incitant à méditer sur le déguisement et la métamorphose. Mais Le Tartuffe est aussi une comédie de mœurs et de caractères où la farce peu à peu s’inßéchit vers le drame et cependant s’harmonise parfaitement avec lui. Molière fait preuve ici d’un métier admirable pour faire passer le spectateur du rire franc à la plus . . .

Book rate:
0 downloads

Pendant que l’Aurore chantait ce récit, quatre valets de chiens étaient couchés sur l’herbe, dont l’un (sous la figure de Lyciscas, représenté par le sieur de Molière, excellent acteur, de l’invention duquel étaient les vers et toute la pièce) se trouvait au milieu de deux, et un autre à ses pieds : qui étaient les sieurs Estival, Don, et Blondel, de la musique du Roi, dont les voix étaient admirables.

Ceux-­ci en se réveillant à l’arrivée de l’Aurore, sitôt qu’elle eut chanté, s’écrièrent en concert :

Holà ? holà ? debout, debout, debout :
Pour la chasse ordonnée il faut préparer tout :
Holà ? ho debout, vite debout.

Premier

Jusqu’aux plus sombres lieux le jour se communique.

Deuxième

L’air sur les fleurs en perles se résout.

Troisième

Les rossignols commencent leur musique,
Et leurs petits concerts retentissent partout.

---------------­----------------­----------------­----------------­-

Inclus dans ce numéro:

- Une biographie complète de Jean-­Baptiste Poquelin, dit . . .

Book rate:
0 downloads

Une jeune femme amoureuse joue la comédie pour s'affranchir de l'autorité paternelle ou maritale.
Sa suivante rusée ou le valet lourdaud de son prétendant manoeuvrent pour faire triompher ses sentiments... Et le père sévère ou le mari jaloux se font allégrement duper. Tels sont les ressorts comiques dont Molière joue ici avec brio.
Recourant à la fantaisiede la farce ou à l'élégance de la comédie-­ballet, ces trois courtes pièces célèbrent le désir et se rient des donneurs de leçon.

Book rate:
0 downloads

Comments

No comments yet

Books of Jean-­Baptiste Poquelin dit Molière